Le clouage manuel

Bruno Caillard

La technique de fixation par pointe en métal (clou) est apparue pendant l’Age de Bronze. Elle est aujourd’hui très peu employée dans la réalisation des terrasses en bois. Pourtant, elle possède de nombreux atouts et peut s’avérer un choix très judicieux dans certaines circonstances.

Tout d’abord son prix. La fixation par clouage est de loin la plus économique. On peut choisir des pointes galvanisées, très économiques, ou des pointes inox beaucoup plus chères mais de prix encore raisonnable.

Comme les vis standard, les pointes (clous) sont extrêmement répandues. Les pointes inox sont un peu


plus rares. L’outillage est des plus basique : un marteau de charpentier et c’est tout. Par contre, pour les extrémités de la lame, un pré perçage permettra d’éviter l’éclatement du bois.

La mise en œuvre est des plus rapides. Avec un peu d’entraînement, on enfonce une pointe en quelques secondes. On veillera cependant à ne pas percuter la lame en fin de clouage.

Une fixation par clouage présente une bonne solidité. Cependant, un petit jeu peut se créer avec le temps, à force des passages. Il peut alors être nécessaire d’avoir à refixer une lame. Cela signifie extraire la pointe défaillante ; comment s’y prendre si elle est enfoncée de quelques millimètres dans le bois ? puis utiliser une vis à la place de l’ancien clou car un nouveau clou n’aura pas une tenue correcte dans un trou déjà percé.

Pour limiter l’apparition de jeu, on peut utiliser des pointes torsadées. Néanmoins, ces pointes sont un peu plus chères et plus rares.

Les pointes inox ne posent aucun problème d’oxydation. Avec les pointes galva, cela peut être plus aléatoire ; la percussion du marteau sur la tête de la pointe peut endommager le revêtement galvanisé ; d’où à terme un risque d’apparition de rouille.

Un clouage effectué avec beaucoup de soin peut être très esthétique. Mais dans la pratique, il est difficile de ne pas blesser la lame de bois pendant la percussion de la tête, notamment sur la fin. Souvent, on aura à retirer une pointe tordue ou partie de travers. Difficile de laisser la lame intacte dans ces cas-là.

Le remplacement d’une lame endommagée peut être difficile. Il faudra certainement utiliser le pied de biche. On risque alors d’endommager les lames adjacentes.

Il faut réserver le clouage manuel aux lames de bois tendres des résineux ; les essences exotiques ou de feuillus étant souvent beaucoup trop dures, le clouage manuel est impossible.

Néanmoins, de part son coût modeste et sa rapidité de mise en œuvre, le clouage manuel peut être la solution idéale pour une terrasse temporaire.

A raison de 27 pointes par m², le coût est de 0,30 € HT/m² pour du galvanisé et 0,60 € HT/m² pour de l’inox.

Grand Guide 2020

Je construis ma terrasse dans les règles de l’art, en toute sérénité.

Téléchargement

Le Guide à télécharger (ou en version papier), 330 pages A4 couleur

Espace Membre réservé

Vidéos, outils, forums privés

Outils de calcul

Pour déterminer les dimensions des pièces de votre structure


Vidéos tutos

Vidéos exclusives en HD, réservées aux membres

Composants SKETCHUP

Bibliothèque de composants SKETCHUP spécial Terrasse Bois, etc.

Assistance

Forums privés, l’auteur vous répond en direct


Plus d'infos


Voir et comparer toutes nos offres