Les inconvénients

Bruno Caillard

Les parasites

Le bois est un matériau biologique donc biodégradable. Heureusement, sur certaines essences de bois les premières traces de dégradation peuvent être très longues à apparaître, parfois au bout de plusieurs dizaines d’années. Comme cela est décrit en détail dans le guide de construction des terrasses en bois, le bois possède deux ennemis principaux : les champignons et les insectes xylophages.

Les termites sont-ils à craindre ?

Découvrez-le dans le guide de construction

Les spores de champignons sont présentes partout dans la nature. Mais le développement en champignon nécessite des conditions de température et d’humidité particulières. Le contact permanent avec la terre pourra accélérer l’apparition fongique. Les insectes aussi se développent dans des conditions spécifiques, presque exclusivement dans le bois d’aubier.

Cependant, il convient de relativiser. L’apparition et le développement des nuisibles n’apparaissent que dans certaines conditions (humidité, contact avec la terre, etc.) et une terrasse en bois bien conçue ne coure pratiquement aucun risque, même sans entretien.

A découvrir avec le guide

Page 29 : Apprenez quels sont tous les ennemis du bois et découvrez comment les combattre.

Commander le Guide

Le bois travaille

Gerces. Phénomène heureusement très rare mais plus fréquent chez certaines essences

Les modifications des conditions climatiques provoquent des variations dimensionnelles. De même, le taux d’humidité propre du bois a un impact non négligeable sur ses dimensions. Ces variations dimensionnelles ne sont pas uniformes selon tous les axes et une planche de bois peut adopter des profils indésirables (tuilage, gauchissement, flèche). Ce problème peut être d’autant plus prononcé que le taux d’humidité du platelage au moment de la pose est très différent du taux moyen ambiant. Par exemple, il se peut que les planches aient été usinées à partir de bois très sec. Une fois posées, ces planches auront peut-être tendance à gonfler en reprenant le taux d’humidité ambiant.

Heureusement, il existe des façons de poser la structure et les lames de terrasses de façon à limiter ses inconvénients. Certaines précautions peuvent aussi être prises pendant le stockage des matériaux.

A découvrir avec le guide

Page 27 : Apprenez pourquoi et comment le bois peut se déformer et découvrez comment l'éviter, comment en tenir compte dans la conception.
Page 140 : Comment tenir compte du gonflement du bois lors de la pose du platelage (lame de terrasse).
Page 72 : Quelles sont les essences de bois les plus stables ? Quelles sont celles à problème ?

Commander le Guide

Chaud l’été

La faible inertie thermique du bois est un avantage en hivers mais peut se révéler un inconvénient important en été : sous l’effet du rayonnant solaire, la température de surface du platelage augmente considérablement et cela d’autant plus que le bois est de teinte foncée. Cela peut devenir extrêmement désagréable, voire douloureux. Mais c’est le cas de tous les matériaux.

Heureusement, le retour à une température acceptable peut se faire très rapidement. Il suffira par exemple d’humidifier le platelage ; cela ne devrait pas poser de problème en été, il y aura toujours un tuyau d’arrosage ou une piscine à proximité.

Entretien coûteux si…

Cela peut devenir assez couteux si on désire conserver l’aspect du bois neuf. Dans ce cas, il faut utiliser des huiles ou des saturateurs une à deux fois par an. Ces produits sont chers. Leur application régulière peut être vécue comme une contrainte.

Pourtant, le gris va si bien.

Ça peut glisser

Une terrasse bien entretenue ne glisse pas

(Source : HardWoodClip)

Le bois en lui-même n’est pas en matériau glissant, même humide. Mais le développement de mousses et de micro algues peut rendre la surface extrêmement glissante lorsqu’elle est humide. Dés que le bois est sec, la surface redevient sans risque. Ce phénomène se produit sur les terrasses peu exposées au soleil, au Nord par exemple. La plupart des planches offrent aujourd’hui une surface rainurée "antidérapante" mais le phénomène ne pourra pas être complètement supprimé. Pour une terrasse bien exposée au soleil, le risque d’apparition des mousses est nul, sauf dans les régions extrêmement humides. Bien sûr, des phénomènes d’aquaplaning peuvent apparaître sur des surfaces détrempées mais cela n’est pas propre au bois ; une surface en carrelage, en brique ou en pierre lisse présentera le même risque.

Ça peut piquer

Bien que cela soit très rare, il arrive que des planches de platelage viennent à se fendre en surface, notamment sur les bords, formant des pointes saillantes plus ou moins importantes allant de la petite écharde à la pointe contondante de plusieurs centimètres. De même pour les résineux, les nœuds et les zones autour peuvent connaître des modifications pouvant révéler des zones de faiblesse. Si les parties saillantes ne sont pas rapidement adoucies ou supprimées - en les sectionnant ou en les rabotant - le risque de blessure est alors important. Ce risque est plus élevé pour un Deck de piscine sur lequel on marche pieds nus.

Ça peut grincer

Une terrasse en bois présente une acoustique assez particulière. De part sa légèreté et sa souplesse, une structure en bois favorise la propagation des ondes sonores. Pour un usage normal, cela sera sans conséquence sur le confort acoustique. Mais en cas d’utilisation extrême, le niveau sonore peut devenir important. Ainsi, un enfant effectuant des allers-retours incessants avec sa patinette pourra générer une nuisance sonore difficile à supporter pour les personnes sensibles au bruit. Autre source de nuisance sonore : des planches mal fixées ou ayant travaillé peuvent générer des grincements à la marche.