Les fibres

Bruno Caillard

A part les résines plastiques, la fibre est l’autre composant principal entrant dans la formulation du composite. Dans le cas du bois composite, il s’agit principalement de fibres naturelles.

Les fibres naturelles

On peut les grouper selon leur origine :

  • Végétale :
    • Les fibres peuvent être extraites de feuilles (ex : sisal, abaca)
    • De troncs : comme le palmier, pin
    • De fruits : ex noix de coco, noix de cajou
    • De tiges de plantes : lin, chanvre, jute, ortie. Ce sont souvent des fibres libériennes
    • De graines : coton, kapok. Issues particulièrement des poils séminaux.
    • De paille : maïs, blé
  • Animale :
    • Des poils (alpaga)
    • Des toisons animales (laine)
    • Des sécrétions (soie)
  • Minérale :
    • Ex amiante

Jusqu’à maintenant, ce sont les produits issus de l’utilisation de fibres naturelles d’origine végétale qu’on trouve sur le marché du bois composite. L’emploi d’autres types de fibres naturelles (animale ou minérale) est réservé pour les autres types de composites ou seulement pour les recherches.
La fibre utilisée par les fabricants pour la conception du bois composite peut être de type recyclée ou pas ; en forme de copeaux, sciure, farine, ou simplement de fibre (type longue ou courte).

La farine de bois dur

Pour cela, on utilise du bois dur ou de type résineux. Lors de la conception des lames de composite haut de gamme, on utilise même du bois de classe 4 ou 5 comme matière première.
Plusieurs essences de bois dur sont employées dans les usines de fabrication de bois composite. On distingue spécifiquement les bois locaux comme le pin, l’érable, le peuplier, la palme,

Des fibres d’autres essences de bois tropicaux :
Certaines lames de bois composite sont fabriquées à partir de bois tropicaux. Mais le coût de production de ce type de bois composite est élevé à cause de l’éloignement et d’autres conditions économiques et environnementales. Sachez qu’on peut trouver des troncs qui ont plus de 30 ans au cœur des forêts tropicales ce sont les plus denses et leurs fibres offrent plus de résistance. C’est pourquoi ces types de bois composites sont chers sur le marché.

Approvisionnement facile pour les essences qui existent sur le continent européen :
Il est plus facile de s’approvisionner sur le continent si l’on considère plusieurs facteurs. À part le fait que c’est moins coûteux pour les producteurs de bois composites, l’utilisation des produits issus de ce type de fibre a un impact positif pour l’économie européenne, car le pouvoir d’achat de plusieurs opérateurs et ménages dépendent de ce processus de production.

Autres fibres naturelles pour la production

Souvent, ce n’est pas de la poudre de bois que l’on mélange, on trouve parfois de la poudre issue d’autres végétaux comme la coque de noisettes, la fibre de riz, le jute, la rafle de maïs, noyau d’olive, farine de chanvre ou de bambou.

Le chanvre :

D’autres bois composites sont fabriqués à partir d’un matériau appelé « fillasse ». La fillasse est un matériau issu du Chanvre. Le bois de chanvre est plus résistant dans le temps (résistance à l’humidité surtout) et offre un aspect naturel.
Le chanvre est facile à cultiver, et son utilisation développe la filière des agriculteurs de chanvre en France. Vous faites un geste écologique lorsque vous achetez du bois composite chanvre.



Les fibres de bambou :
Il existe d’autres types de composite : les composites à base de lamelles de bambou. À la place des poudres de bois, on a des lamelles de bambou. Les lames en composite de bambou ont un aspect très proche du bois naturel. Elles offrent un niveau de finition irréprochable. Quand les lames sont neuves, elles sont vraiment très belles. Les caractéristiques physiques se situent entre le bois naturel et le bois composite. C’est-à-dire que les lames gonflent un peu avec l’humidité, mais de façon moindre que le bois naturel. Elles se dilatent peu dans le sens de la longueur avec la chaleur, mais de façon moins prononcée que le bois composite ordinaire. C’est un peu un matériau intermédiaire. Cependant, même si il est séduisant sur le papier, ce matériau est souvent décevant sur le moyen terme : Les lames de terrasse en bambou : QUE VALENT-ELLES ?

Farine de bois recyclé

Chaque année, un fabricant trouve un moyen de recycler un nouveau déchet.
Dans la plupart des cas, les fibres et copeaux de type recyclé proviennent de défrichement forestier ou de sciures des usines de bois. Ces déchets d’usines sont ensuite transformés pour prendre la forme de farine de bois. La farine de bois n’est donc rien d’autre que de la sciure, séchée, puis moulue.

  • Se mélange parfaitement avec le polymère si très fin :
    La farine de bois doit être parfaitement miscible avec le plastique choisi pour la fabrication du bois composite. Les produits composites qui utilisent de la farine de bois très fin (ex : 50-70 microns) sont beaucoup plus homogènes. Leur rendu esthétique est très satisfaisant.
  • Donne un produit durable et résistant aux intempéries ?
    La durabilité du produit et sa résistance sont fonction du type d’essence de la farine de bois. Elle est remise en question dans le cas où la farine de bois provient de plusieurs essences.
  • Le coût est faible, et elle est biodégradable.
    Étant donné que ce sont des déchets d’usines ou des restes de défrichement, son coût de production est faible. C’est son origine végétal qui lui confère son caractère biodégradable.
  • Plus le taux de farine de bois est important, plus la résistance au choc diminue.
    L’aspect esthétique du bois composite dépend beaucoup plus de la quantité et de la qualité de la farine de bois, mais sa résistance au choc est fonction du polymère utilisé.

Fibre d’une seule essence de bois (longue ou courte)

Votre bois composite est-il constitué d’une ou plusieurs essences de bois ?
Selon le cas les producteurs utilisent une seule ou plusieurs essences de bois pour la fabrication du bois composite.
Le problème est que chaque essence de bois se comporte différemment devant une contrainte mécanique donnée. Ce comportement mécanique peut avoir des influences néfastes sur le produit en bois composite.
Par exemple, au contact de l’humidité ou de la chaleur, une essence de bois peut s’adapter plus rapidement qu’une autre. De même pour la résistance aux chocs, certaines fibres sont plus vulnérables que d’autres. La stabilité du bois composite est dans ce cas remise en question.
Par contre, l’emploi du bois composite fabriqué à partir d’une seule essence de bois (longue ou courte) est beaucoup plus conseillé, ainsi chaque la fibre se comportera de façon homogène face à un phénomène (température, chocs, procédé de fabrication…)