Préparation de la plateforme destinée à recevoir la terrasse

Bruno Caillard

La préparation de la plateforme est la première étape dans la mise en œuvre proprement dite d’une terrasse. C’est une étape importante à ne surtout pas prendre à la légère sous peine de réduire la longévité de la terrasse en question.

Trois cas peuvent se présenter :

  • La pose de votre nouvelle terrasse en bois composite se fait sur une plateforme déjà existante telle qu’une dalle en béton.
  • La plateforme est encore inexistante. Dans ce cas, il faudra alors préparer le sol support et y installer des plots en béton par exemple.
  • Vous avez une combinaison des deux premiers cas, c’est-à-dire que vous souhaitez prolonger une plateforme déjà existante vers un sol support.
La pose du géotextile

Cependant, avant de vous lancer directement dans la mise en œuvre, il faudra bien préparer votre projet de construction, notamment définir vos moyens et réfléchir sur l’emplacement, les autorisations administratives, etc.
Par la suite, il vous faudra modéliser votre projet afin de constater plus concrètement si cela reflète vraiment vos goûts et vos besoins.
Puis, il sera nécessaire de préparer le sol en réalisant le décapage


chimique, le lissage, le nivelage et enfin la pose du géotextile avant la mise en place de la plateforme en fonction de la nature du sol et de la hauteur de seuil H.

La plateforme

Le sol étant bien préparé, on passe maintenant à la structure qui va supporter les lambourdes. Ces structures devront être stables et bien planes.
La nature du sol et la hauteur de seuil H sont les principaux paramètres à prendre en compte lors du choix de votre structure.

Nous pouvons distinguer :

Seuil d’une porte
  • 1 : La hauteur de seuil H
  • 2 : Dalle maçonnée sur le sol naturel
  • 3 : Seuil de la porte

On y a recours quand la hauteur du seuil est située entre 4 et 7 cm. Cette faible hauteur est due à un pas de porte situé presque au contact du niveau de la dalle.

C’est le type de structure à adopter quand la hauteur de seuil H est comprise entre 7 et 11 cm. Dans le cas où il existerait déjà une terrasse ou une structure maçonnée (dallage, carrelage ou béton brute), la nouvelle terrasse en bois composite ne fera que l’embellir. Mais dans le cas où cette structure est encore inexistante, vous pouvez bien évidement concevoir et réaliser une dalle en béton spécialement conçue pour la pose. D’autres solutions moins lourdes peuvent également être envisagées.

On l’emploi quand la hauteur de seuil est strictement comprise entre 11 et 30 cm. Cependant, ce n’est pas la seule condition. En effet, il est également indispensable que le sol soit stable (dalle béton, terre stabilisée, gazon ). Quand ces deux conditions sont réunies, il est alors possible de poser votre terrasse en bois composite sur une structure légère qui va prendre appui sur des plots uniformément répartis.

Cette technique, quant à elle, est utilisée quand la hauteur de seuil H est de l’ordre de 11 à 40 cm et que le sol est instable. Cette instabilité peut être due au fait que le terrain n’a été que récemment terrassé ou tout simplement du fait de la nature du sol. Ainsi, pour y faire face, les plots devront prendre appui en profondeur sur le sol qui doit avoir une bonne portance.

Elle est appliquée quand la hauteur de seuil est comprise entre 15 et 30 cm. L’avantage de cette technique est qu’elle permet la réalisation d’une structure stable mais surtout économique et rapide.

On y a recours lorsque l’on souhaite que le niveau fini de la terrasse en bois composite frôle le terrain naturel.

Cette technique est adoptée quand le niveau de la terrasse est de plus de 40 cm de hauteur par rapport au sol naturel. La structure devra être alors solide pour garantir la sécurité des usagers.

On y a recours quand la hauteur de la terrasse est à plus de 1 m du terrain naturel. La structure devra alors être imposante en ayant plus de volume et sera un peu plus complexe à réaliser pour assurer la stabilité de la terrasse en bois composite.

La seule différence réside au niveau de l’espacement des lambourdes qui doivent être plus serrées. L’espacement de la structure doit alors être ajustée en conséquence.