Vidéo 2 : Technique sur Plots béton

Bruno Caillard

Nous avons produit plusieurs vidéos pédagogiques dans le but de montrer à nos membres comment se passe concrètement un chantier de construction. Un poseur professionnel vous dévoile de nombreux trucs, astuces et conseils. Chaque vidéo correspond à une technique particulière. La vidéo ci-dessous correspond à la pose sur plots béton. Ce sont des extraits ; pour visualiser cette vidéo dans sa totalité, ainsi que toutes les autres vidéos + accès au guide de construction (330 pages), devenez Membre DELUXE.

Vidéo 2 : partie 1/2

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 2 : partie 2/2

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos


Stéphane venait d’installer une piscine en bois dans son jardin. Mais l’accès n’y était pas pratique et était salissant. Stéphane a donc réalisé une magnifique terrasse en bois pour créer une plage autour de la piscine et faire la liaison avec son habitation. Le résultat est somptueux !

Ce documentaire vidéo présente toutes les étapes de la réalisation de cette terrasse en bois sur plots béton :

  • Préparation du terrain et bornage,
  • Forage et réalisation des plots béton,
  • pose et mise à niveau des lambourdes,
  • adaptation et liaison de la structure avec la piscine,
  • découpe et pose des lames de terrasse en bois,
  • fixation avec vis inox, alignement,
  • découpe finale,
  • pose des bandeaux.

Pour celui qui projette la pose d’une terrasse en bois sur Plots béton, le visionnage de cette vidéo représente un apport d’informations et de savoir-faire inestimable.

Vidéo HD couleur, 45min, 16/9, Stéréo

Pour obtenir un accès immédiat à cette vidéo (et à toutes les autres vidéos de la collection), il suffit de devenir Membre DELUXE.

Accès Membre DELUXE : la Vidéo complète

Commander le DVD

Sous-titres

Stéphane est l’heureux propriétaire d’une magnifique terrasse en bois jouxtant son habitation.
Stéphane souhaite maintenant prolonger sa terrasse vers une piscine en bois qu’il vient d’installer.
Mais dites-nous Stéphane, pourquoi du bois pour votre terrasse ?
Et c’est une vrai réussite.
Pourtant Stéphane n’était pas vraiment un grand bricoleur.
La terrasse en bois devra couvrir jusqu’à une hauteur de 50cm, cela sera donc une structure de solives sur plots béton.
Les plots béton sont répartis selon des lignes espacées de l’écart E.
Cet entraxe E dépend des caractéristiques des lames de terrasse.
La distance de plot à plot correspond à la portée admissible de la solive.
Plus la section de la solive est importante, plus les plots peuvent être éloignés loin de l’autre.
L’écart E et la portée P peuvent être calculés grâce au guide de construction.
Les solives sont fixées au plot avec des équerres métalliques.
Sur le solivage, nous fixerons nos lames de terrasse.
Et enfin, nous terminerons notre ouvrage avec des bandeaux de finition.
Mais jettons dabord un coup d’œil sur l’état inital du terrain.
La terrasse sera réalisée autour d’une piscine en bois à demi enterrée.
La structure sera disposée à quelques dizaines de cm au dessus du sol naturel.
et elle viendra rejoindre une terrasse en bois existante.
Le dénivelé est très innégal :
de 50 cm du côté Piscine,
à 10 cm seulement du côté de la terrasse existante.
Dans ce genre de projet, la préparation est primordiale.
Il faut être clair sur ce que l’on veut.
La réalisation d’un plan de conception détaillée aidera à anticiper les difficultés..
Stéphane et Bruno repère les hauteurs et les dénivelés.

Stéphane prépare des petits piquets de repérage, réalisés dans du tor à béton.
Une vis dans la terrasse bois existante, va nous servir de référence.
Nous allons maintenant repérer la perpendiculaire par rapport à la terrasse existante.
Nous utilisons la méthode 3-4-5.
Ainsi, si nous relions deux droites de 3 et 4m, avec une diagonale de 5m, nous obtenons une perpendiculaire parfaite.
Tracons la 1ère droite de 3m,
puis la droite de 4m,
Et enfin la diagnonale de 5m.
Bruno cherche à faire coincider la diagonale de 5m avec la droite de 4m.
A l’endroit de la jointure, on replace notre piquet repère.
On refait une petite vérification et on ajuste si nécessaire.
Le cordeau est ainsi parfaitement perpendiculaire à la terrasse existante,
et il va nous servir de référence dans la suite des travaux.
On prolonge notre ligne repère au délà du 1er piquet.
On finit de répérer tous les coins de notre future terrasse.
Nous avons maintenant deux lignes repères perpendiculaires, matérialisées au cordeau.
Stéphane trace les axes de toutes les solives.
On va ensuite repérer les axes des plots béton.
Passons au chose sérieuse.
Cett outils s’appelle une tarière motorisée.
Vous pouvez en louer une à la journée.
La profondeur et le diamètre de forage dépendent de la nature du sol.
En général, un diamètre de 18cm est suffisant.
Effectuer le forage jusqu’à ce que le sol vous paraisse dur.
La tarière motorisée permet un gain de temps et d’effort appréciable.
mais si vous n’en disposez pas, il reste les bons vieux outils.
Un simple trou carré, de côtés équivalent à deux largeurs de bèche, fera l’affaire dans bien des cas.
Mais la difficulté sera de descendre suffisamment en profondeur.
Repérons la hauteur de la partie émergente des plots.
Le coffrage est réalisé avec des tube PVC de diamètre 125mm, ou plus
Pour ce genre travail, il vaut mieux être en bonne santé.
Et surtout, faites attention à votre dos.
Stéphane prépare un béton dosé à 350kg de ciment par m3.
Ce dosage s’obtient très facilement en utilisant la règle 1-2-3.
pour 1 volume de ciment, il faut 2 volumes de sable, et 3 volume de gravier
Le béton ne doit être ni trop liquide, ni trop sec.
Ici il est trop sec.
Là il est un peu trop liquide.
Ajoutons un peu de ciment ou de sable.
Maintenant notre béton a la consistance idéal.
Avec l’habitude, vous ajusterez la plasticité de votre béton à l’oreille. Le béton idéal emet un bruit caractéristique dans la bétonnière.
Stéphane devrait utiliser des gants car le béton provoque des irritations, voire même de petites lésions.
Le ciment contient de la chaux. Ca brûle !
Un fer à béton permet de vibrer le béton, de façon à ce qu’il remplisse parfaitement la cavité.
On plante le coffrage en PVC dans le béton encore frais.
La règle et le niveau à bulle nous permettent de positionner le coffrage PVC en hauteur.
Cette cale en bois a une longueur équivalente à une hauteur de solive + une épaisseur de lame de terrasse.
Quand le coffrage PVC est au bon niveau, on finit de le remplir avec du béton, en prenant soin de ne pas modifier le niveau.
Les abords de la piscine sont remplis avec du gravier, pour le drainage.
Mais à cet endroit, la structure en solives ne peut pas être fixé à la piscine. Il faut donc quelques plots.
On dépose un lit de béton, qui permettra de répartir la charge sur le gravier.
Tous nos plots béton sont enfin terminés.
Bruno repère l’axe des plots au cordeau.
Pour la fixation des solives, on utilise des équerres métalliques.
Il faut prendre des équerres assez larges, celle-ci fait 3mm d’épaisseur.
Elle mesure 90mm de hauteur,
avec une base de 50mm,
et une largeur de 80mm.
Pour fixer les équerres au plot béton, on utilise des chevilles à frapper.
Ce modèle comporte une vis de diamètre 5.
La cheville mesure 80mm de longueur, ce qui est largement suffisant.
Nous avons tiré notre cordeau de façon à matérialiser la face intérieure de l’équerre,
c’est-à-dire le bord de la solive.
On positionne l’équerre sur le plot mais en évitant soigneusement qu’elle touche le cordeau.
Sinon le cordeau sera déplacé à chaque fois un peu plus.
On conserve un écart de 1/2 à 1 mm. Voilà.
Si vous n’arrivez pas à introduire complètement la cheville, c’est que le trou n’est pas assez profond.
Il se peut aussi que le trou se soit rebouché avec de la poussière.
Pour les vis très proches du bord de l’équerre, il est difficile de frapper sans abimer l’équerre.
On se sert alors d’un intermédiaire, tel que ce marteau.
La découpe de grosses pièces de bois peut être délicates avec une simple scie circulaire.
Et comme nous n’avons pas besoin d’une excellente précision de coupe, nous utilisons une tronçonneuse.
Nous commencons par poser la première ligne de solives, au bord de la piscine.
La forme complexe de cette piscine nous oblige à réaliser plusieurs segments.
Des cales en plastiques nous permettent d’ajuster finement le niveau.
On peut complèter le niveau avec des cales en bois si la hauteur à compenser est trop importante.
A cet endroit, nous avons des difficultés pour fixer efficacement les deux solives aux plots.
On va utiliser ce type de connecteur pour solidariser les deux solives.
On utilise des vis inox ou tout simplement des vis à bois électrozinguées.
Le géotextile permet d’éviter la repousse des herbes indésirables.
A ce stade, nous avons déjà posé notre 1ère ligne de solive, du côté piscine.
Nous allons maintenant posé la 2ème ligne de solives à l’opposé.
A l’extrémité, on doit laisser la largeur d’une solive.
Plus la largeur du bandeau de finition.
Cette distance correspond à une solive perpendiculaire que l’on fixera ultérieurement.
Les deux cordeaux matérialisent les bords extérieures de la terrasse finie.
On fait le niveau en insérant une chute de lame de terrasse sous la règle.
On s’aide de cale en plastique pour régler le niveau.
On vérifie que notre solive est bien rectiligne.
C’est important car nos deux 1ère lignes de solives servent de référence pour la suite des opérations.
Notre 2ème ligne est fixée, de niveau, et rectiligne.
Voici la 2ème ligne de référence,
et la 1ère ligne.
Il ne nous reste plus qu’à poser les solives intermédiaires.
La règle s’appuie sur nos deux lignes de référence.
Pour mettre les solives intermédiaires de niveau, il suffit de les faire affleurer sous le dessous de la règle.
La solive frontale n’est pas absolument indispensable.
mais elle améliore la finition tout en rigidifiant la structure.
On fixe la solive frontale avec de grandes vis diamètre 6, ou des tirefonds.
Il reste à réaliser la structure de la partie située entre l’ancienne et la nouvelle terrasse.
Cette partie ne dispose pas d’une hauteur suffisante pour y mettre nos solives.
Nous allons donc utiliser des lambourdes plus petites, posées sur des plots en plastique.
Attention, le plot en plastique ne doit pas dépasser car nous allons fixer un bandeau à cet endroit.
Nous allons apporter un soin particulier à la pose de la 1ère ligne de lames.
En effet, cette ligne sert de référence, elle doit être bien rectiligne.
Les extrémités des lames sont prépercées avant d’éviter qu’elles n’éclatent pendant le vissage.
Attention, réglez le limiteur de couple pour éviter de casser la tête de vis.
La première ligne est solidement fixée sur la totalité de la longueur,
car les autres lames vont venir prendre appuie contre elle.
On procède par paquet de 4 à 5 lames.
Stéphane et Bruno insèrent des cales en plastique pour fixer l’écart entre les lames.
Pendant que stéphane met la pression contre les lames pour obtenir un écart régulier.
Bruno visse la dernière lame du paquet.
Pour le moment, on visse chaque lame aux extrémités uniquement.
Nous voici arrivé presque à la fin du vissage des lames.
Bruno se rend compte que la dernière lame n’est pas tout à fait parallèle avec l’extrémité de la structure.
A l’extrémité la dernière lame touche la précédente lame.
Mais ici, on a peu près 5cm d’écart.
C’est un problème que l’on rencontre fréquemment.
Cela est dû à des imprécisions dans la mise en œuvre de la structure,
mais aussi aux différences de largeur d’une lame à l’autre.
Heureusement, l’écart n’est si important que cela. Voilà ce que nous allons faire :
Nous avons toujours une dizaine de lame que l’on a pas encore fixé.
On va simplement les décaler, en incluant à chaque fois un jeu supplémentaire.
Et On va s’arranger pour arriver pile au bord.
Dans un premier temps, on fixe la dernière lame.
Et voilà, nous avons rattraper l’écart.
Toutes nos lames sont fixées en leurs extrémités.
Il nous reste à les fixer en leurs centres.
et pour obtenir un alignement parfait des vis, nous allons utiliser la technique du cordeau.
Cette technique évite de laisser des traces de marquage sur les lames.
On insère des cales pour ajuster l’écart entre les lames.
Pour des lames en bois tendre, pas besoin de pré-perçage.
Les vis sont placées en affleurant le cordeau sans le toucher.
On ne visse pas à fond pour éviter que la tête de vis déplace le cordeau.
Pour réaliser les bandeaux, on utilise simplement des lames de terrasse.

Mode d’emploi du Lecteur


En bas du lecteur, cliquez sur :

pour visualiser l’extrait.
si la lecture est saccadée, re-cliquez sur ce bouton pour mettre en pause. Attendez que la vidéo se télécharge un peu puis re-cliquez pour lire.


pour activer le mode Haute-définition (meilleure qualité mais téléchargement plus lent).


pour activer le mode plein-écran.