Vidéo 3 : Technique sur Plots PVC

Bruno Caillard

La vidéo, en 3 parties

Vidéo 3 : partie 1

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : partie 2

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : partie 3

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

La vidéo, chapitre par chapitre

Vidéo 3 : Générique

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 1

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 2

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 3

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 4

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 5

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 6

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 7

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 8

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 9

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 10

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 11

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 12

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 13

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 14

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 15

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 16

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos

Vidéo 3 : Chapitre 17 : la terrasse est terminée

Pour voir cette vidéo, il faut être membre. Pour cela, il suffit de faire l’acquisition d’un de nos packs.

Plus d'infos


Régis venait de faire installer une piscine coque en polyester. Mais son accès était salissant et inconfortable (gravier, terre, dénivelé).
Régis a donc réalisé une magnifique terrasse en bois (Ipé) sur plots PVC pour créer une plage autour de la piscine. Le résultat est somptueux !

Ce documentaire vidéo présente(ra) toutes les étapes de la réalisation de cette terrasse en bois sur plots PVC :

  • Préparation du terrain et bornage,
  • pose et mise à niveau des lambourdes sur les plots,
  • adaptation et liaison de la structure avec la piscine,
  • découpe et pose des lames de terrasse en bois,
  • fixation avec vis inox, alignement,
  • découpe finale,
  • pose des bandeaux,
  • réalisation de plots béton à certains endroits,
  • etc.

Pour celui qui projette la pose d’une terrasse en bois sur Plots PVC, le visionnage de cette vidéo représente un apport d’informations et de savoir-faire inestimable.

Vidéo HD couleur, 66min, 16/9, Stéréo

Pour obtenir un accès immédiat à cette vidéo (et à toutes les autres vidéos de la collection), ainsi que le téléchargement du guide de construction (330 pages), il suffit de devenir Membre DELUXE.

Accès Membre DELUXE : la Vidéo complète

Commander le DVD

Sous-titre

Bonjour et bienvenue chez Régis.
Pour bien profiter des chaudes journées d’été, Régis vient de faire installer une piscine coque en polyesther.
Les abords de la piscine sont encore bruts de chantier : c’est un mélange de terre, d’herbes folles et de gravier.
Ainsi, la piscine n’est pas vraiment exploitable. Régis va donc réaliser une terrasse tout autour.
La maison possède actuellement une terrasse carrelée récente.
Et au vu de la distance, Régis n’envisage pas de relier la piscine à la maison par la nouvelle terrasse.
Cela sera donc une terrasse indépendante de la maison.
Et comme Régis n’est pas prêt à engager de lourds travaux de maçonnerie, la future terrasse sera en bois.
La hauteur entre le sol naturel et le haut de la margelle varie entre 10 et 30 cm. Une structure sur plots PVC est donc idéal pour ce cas de figure.
Comme nous allons le voir dans cette vidéo, les plots PVC permettent de simplifier le travail. On va donc économiser nos efforts et notre temps.
Nous avons beaucoup de travail devant nous mais dans quelques temps, notre terrasse ressemblera à ça.
Les plots PVC peuvent être utilisés sur sol stable, pour une hauteur comprise entre 11 et 30 cm.
Les plots PVC sont répartis selon des lignes espacées de l’écart E.
Cet entraxe E dépend des caractéristiques des lames de terrasse.
La distance de plot à plot correspond à la portée admissible de la lambourde.
Plus la section de la lambourde est importante, plus les plots peuvent être éloignés loin de l’autre.
L’écart E et la portée P peuvent être calculés grâce au guide de construction
Pour fixer l’écart E et pour rigidifier la structure, nous fixons des entretoises entre les lambourdes.
Une lambourde périphérique permet elle aussi de rigidifier l’ensemble et facilite également la fixation du bandeau de finition.
Les lames de terrasse sont fixées sur les lambourdes.
Et enfin, nous terminons notre ouvrage avec des bandeaux de finition.
La future terrasse sera composée de 4 parties, chacune ayant sa spécificité.
Dans la suite du film, nous allons voir la construction de chaque partie, l’une à la suite de l’autre.
Régis vérifie les hauteurs entre le haut de la margelle et le sol naturel.
La hauteur minimum doit correspondre à la hauteur minimum d’un plot + la hauteur d’une lambourde.
1ère difficulté : à cet endroit, la hauteur n’est pas suffisante.
Nous allons décaisser d’une dizaine de cm.
Mais à cette période de l’année, la terre est dure comme du béton.
Quelques passages de rotovator vont l’ameublir.
Notre piscine va nous servir de référence pour le tracé des axes.
Régis repère les axes des lambourdes.
Le géotextile permet de limiter la repousse des mauvaises herbes.
Un plot comporte deux parties principales :
Une platine supérieure,
Et une base.
Ce type de plot est très courant. Il est conçu pour la pose de dalle en béton mais il peut être employé pour une terrasse en bois.
Le pas de vis de la partie supérieure permet de régler la hauteur du plot.
Il existe des plots de différentes tailles, pour couvrir des hauteurs allant de 35 à 300 mm.
La molette sur la platine supérieure permet de régler la hauteur.
Chaque plot peut supporter une charge de 1T.
Pour pouvoir poser la lambourde, il nous faut pratiquer une petite adaptation.
Il existe aussi des plots spéciaux avec une platine conçue pour la fixation de lambourde.
Commençons la pose de notre 1ère ligne.
Nous allons fixer la lambourde sur les plots.
Régis repère l’emplacement des avant-trous pour le passage des vis.
Nous avons placé 3 lignes de lambourdes très rapidement, sans ajuster la hauteur.
Avec des chutes de lambourdes, nous fabriquons des entretoises.
Les entretoises servent à obtenir un écartement précis entre les lambourdes et elles rigidifient la structure.
Les aboutages de lambourdes doivent être faits sur un plot.
au besoin, pour améliorer l’aboutage, on utilise une chute de lambourde.
2ème difficulté : il n’y a pas assez de hauteur près de la piscine.
Comme nous ne pouvons pas décaisser sur toute la surface, nous allons creuser à l’endroit de chaque plot.
Nous allons doubler la lambourde périphérique.
Bruno enlève la languette sur chaque plot, pour laisser la place à la lambourde périphérique.
Il est parfois nécessaire de maintenir certains plots au sol.
Régis va maintenant régler la hauteur des plots pour mettre toutes les lambourdes de niveau avec la margelle.
La structure de la première partie est terminée et de niveau.
Pour des raisons esthétiques, nous avons prévu que le bord intérieur de la piscine s’aligne avec le bord de la lame en prolongement.
Nous repérons cet alignement afin de fixer la 1ère lame.
"Nous allons apporter un soin particulier,
à la pose de cette 1ère lame,
car elle servira de référence pour toutes les autres".
Régis vérifie à nouveau que la distance jusqu’au bord de la structure correspond à un multiple de la largeur des lames. Ainsi, la dernière lame s’alignera parfaitement avec le bord de la structure.
Nous fixerons nos lames directement sur la margelle en plastique.
Bruno repère l’extrémité des lames, qui dépasseront de 35mm à l’intérieur de la piscine.
La largeur de la terrasse a été déterminée de façon à limiter les chutes.
A l’autre extrémité, Régis vérifie que la lame dépasse au moins d’une largeur de bandeau.
Nous préparons la première lame pour la fixer en ses extrémités.
Pour des vis bois D5, pré-percez la margelle plastique avec un forés métal D3.
Un cordeau tendu matérialise l’extrémité des lames.
Dans un 1er temps, nous fixerons les lames aux extrémités uniquement
Nous allons procéder par paquet d’une dizaine de lames.
Chaque lame est amenée contre le cordeau, sans le toucher.
Nous amenons les lames les unes contre les autres, sans les fixer, en les séparant par des cales en plastique.
Bruno utilise une simple sangle pour mettre les lames en pression les unes contre les autres.
A l’aide d’une règle de maçon, Régis marque les emplacements des vis, pour le pré-perçage.
La tête fraisée d’une vis doit se loger dans une cuvette pratiquée dans la lame.
Nous allons réalisé le pré6perçage et le fraisage en une seule opération, grâce à une mèche double-étage.
La partie visible du forés doit être réglée selon l’épaisseur de la lame.
En effet, il convient de percer la lame mais pas la lambourde sous-jacente.
Pour maintenir le réglage de la profondeur de perçage, on interpose des rondelles entre la fraise et le mandrin.
Et on continue ainsi,
Par paquet d’une dizaine de lames.
Positionnement, préréglage/fraisage, vissage aux extrémités.
Le vissage complet et définitif interviendra un peu plus tard.
Les partis deux et trois sont techniquement plus délicates que la première partie.
La pente y est plus prononcée, et la hauteur dépasse souvent 30 centimètres.
Nous allons donc ponctuellement changer de technique, et fabriquer des plots béton.
La tarière motorisée est composée d’un bloc moteur,
et d’une mèche.
La profondeur et le diamètre de forage dépendent de la nature du sol.
Ici il s’agit d’une mèche de 120 millimètres de diamètre.
C’est un diamètre un peu faible, mais qui convient dans notre cas car les plots sont très rapprochés.
Afin d’éviter de planter définitivement la tarière dans le sol, il est important de relever régulièrement la mèche.
Effectuer le forage jusqu’à ce que le sol vous paraisse dur.
Bruno prépare un béton dosé à 350kg de ciment par m3.
Ce dosage s’obtient très facilement en utilisant la règle 1-2-3.
pour 1 volume de ciment, il faut 2 volumes de sable, et 3 volume de gravier
Le béton ne doit être ni trop liquide, ni trop sec.
Le coffrage est réalisé avec des tube PVC de diamètre 125mm, ou plus.
Régis devrait porter des gants car le béton provoque des irritations, voire même de petites lésions.
Le ciment contient de la chaux. Ça brûle !
Comme pour la 1ère partie, la lambourde périphérique est doublée.
Cela évitera que le bandeau, que nous fixerons ultérieurement, touche les plots béton.
La partie 3 est à l’opposé de la partie 1, de façon symétrique.
les lames sont dans le même sens et nous voulons qu’elles s’alignent.
Nous allons donc prendre notre repère dans la partie 1.
Pour découper une lame, vous avez le choix entre :
La scie sauteuse,
plus efficace, la scie circulaire,
et idéalement, la scie radiale,
dont nous ne disposons malheureusement pas pour ce chantier.
Mais quel que soit l’outil utilisé, il faut placer la lame du bon côté par rapport à l’outil, et cela de façon à ce que les éclats de coupe se retrouvent sur la face antérieure.
En règle général, la lame est positionnée à l’envers pendant la coupe.
On aligne notre 1ère planche sur les repères que l’on a tracé tout à l’heure.
Attention, n’oubliez pas de régler le couple sur la visseuse sinon…
Le cordeau doit affleuré les lames sans le toucher.
Pour mettre les lames en pression les unes contre les autres, nous utilisons des sangles à parquet.
Les serre-joints évitent que la dernière lame se soulève, à cause de la tension des sangles à parquet.
Les lames sont en position les une contre les autres, avec le bon écart, mais il faut maintenant les aligner selon l’axe du cordeau.
Pour la partie 2, nous voulons des lames orientées dans le même sens que les parties 1 et 3.
Mais par choix esthétique, nous allons souligné la jonction entre ces différentes parties, en insérant une lame perpendiculaire aux deux extrémités.
Pour le moment, nous avons juste posé les lames, sans les découper, sans les fixer. Juste pour voir.
La partie 4 a été réalisée selon le même principe que les parties 2 et 3.
A savoir, une solution hybride avec des plots béton sur les bords et des plots PVC au centre.
Mais la singularité de cette partie réside dans la présence d’aménagements liés au bloc technique de la piscine.
Le coffre de volet roulant est simplement recouvert par un panneau réalisé avec des lames.
Toutes nos lames sont en place mais seulement fixées à leurs extrémités.
Nous allons maintenant finaliser en fixant les lames en leur centre.
Pour cela, il est important de réaliser des lignes de vis parfaitement rectilignes.
Notre cordeau doit être au centre des lambourdes.
Toutes nos lames ne sont pas parfaitement rectilignes.
Il faut alors insérer des cales pour réajuster l’écartement entre les lames.
Nous allons donner un coup de scie final aux extrémités des lames.
Ceci afin d’avoir un bord parfaitement rectiligne.
Et pour finir, on a chanfreiner les bords des lames avec une ponceuse à bande.
Sur la partie 2, on a oublié de doubler la lambourde périphérique.
Les plots dépassent de la structure.
Régis dégagent la partie supérieure de chaque plot, afin de laisser la place au bandeau.